dimanche 19 mars 2017

Le Flamant Rose (Phoenicopterus roseus)

Le Flamant Rose. La vedette de la Camargue ! Comment ne pas être stupéfait devant un envol de flamants au-dessus d'un étang, le reflet de leurs silhouettes allongées et élégantes se dessinant sur l'eau. Je pense que je vais cesser de faire le poète et plutôt passer dans la peau du naturaliste.


Phoenicopterus roseus est le plus grand des flamants (sa taille peut atteindre 1,50 m !). Il est très facilement reconnaissable de par son plumage blanc rosâtre, ses longues pattes, son cou long et fin, ainsi que son bec en forme de croissant et à la pointe noire. 
Vous le savez sûrement mais la couleur de ses rémiges est intimement liée à son régime alimentaire. Les crustacés et les algues qu'il consomme contiennent des pigments caroténoïdes comme la canthaxanthine que l'on retrouve aussi chez certains saumons, ibis ou chanterelles mais aussi...en tant qu'additif alimentaire dans la saucisse de Strasbourg ! Hilarant ! 


Rassemblement de flamants roses sur la Presqu'île de Giens (83)
Cette espèce présente de nombreuses adaptations morphologiques à son milieu de vie : souvent des étangs aux eaux saumâtres ou autres zones humides. Son bec lui permet de filtrer les eaux à la recherche de petits crustacés (comme Artemia salina), des algues... et ça, grâce à son système de "peignes" ou de fanons de baleine. Quant à ses longues pattes, elles lui permettent de se déplacer plus aisément dans les marais plus profonds, un avantage par rapport aux autres échassiers !  


Flamant rose juvénile (plumage terne)
La parade nuptiale débute en Automne. Les femelles assistent à de nombreux défilés masculins, à des danses, des marches en groupes. Le couple se forme pour une saison. Les accouplements auront lieu dès le début du Printemps. Ensuite, les deux partenaires construiront un nid en terre, dans lequel Madame déposera son unique œuf. Quelques jours après l'éclosion des œufs, les jeunes, au plumage gris, sont rassemblés dans des sortes de "crèches" protégées par les adultes. Ce n'est qu'au bout de 4 ans environ que les flamants porteront une robe de couleur rose. 



Les Flamants roses ont conquis tous les continents sauf l'Amérique. Ils sont nombreux en Afrique, en Inde et quelques colonies en Espagne et en France, notamment. Dans notre beau pays, on les trouve principalement en Camargue, et certaines communautés dans les salins d'Hyères, dans le Var ! C'est d'ailleurs ici que j'ai pris les photos (rappelons-le avec un zoom inadapté à la prise en photo d'oiseaux! ). 



 Petite anecdote : les Romains adoraient manger du flamant rose, notamment la langue de flamant. Chacun sa culture, chacun ses pratiques...


Voilà, j'espère que ce court article vous a plu. Si vous avez l'occasion de vous balader dans des marais salants, n'oubliez jamais votre paire de jumelles qui risque de vous être très utile !

Si les oiseaux fréquentant les marais vous intéressent, n'hésitez pas à lire l'article "Les Vieux Salins d'Hyères" !
Merci, à bientôt ! :)

dimanche 12 mars 2017

Les Échinodermes sont fascinants

Vous connaissez tous les Échinodermes ! Si, si, je vous l'assure ! Les oursins, les étoiles de mer, les concombres de mer... Je vous l'avais dit ! 
Mais pourquoi leur attribue-t-on ce nom ? Il vient simplement du grec "peau d'hérisson", quelque chose qui porte des piquants, en fait ! Cependant, je vous l'accorde, certains ordres ont des épines peu visibles ! 

L'embranchement des échinodermes est caractérisé par  : 
- une symétrie bilatérale, pentaradiaire (c'est-à dire d'ordre minimal de 5, comme les étoiles de mer qui ont 5 bras), 
- un squelette calcaire
- un système aquifère : une sorte de système rempli d'eau et formé de ramifications et canaux, permettant par exemple la locomotion. 

Bref, je ne vais pas m'attarder sur la présentation précise de ce groupe, mais je vais plutôt vous parler de quelques anecdotes concernant cet embranchement. 

  • Commençons par les Echinoidés (les Oursins) ! 
Le régime alimentaire de cet animal varie selon l'espèce. En général, ce qui ne change pas, c'est leur appareil masticateur que l'on appelle la Lanterne d'Aristote... Mais que vient faire Aristote ici ? En fait, il avait décrit, dans son recueil Histoire des animaux, ce fameux appareil buccal. La bouche est donc composée de 5 dents calcaires. Cet appareil est relié à une soixantaine de muscles et d'os permettant les mouvements de mastication. 

Certaines espèces d'Oursins vivent en symbiose avec d'autres organismes marins : des Cnidaires, des petits Crustacés, des larves de poissons...bref, ils peuvent être considérés à eux seuls comme de véritables écosystèmes ! 


  • Les Astéries (les étoiles de mer) à présent ! 
 Et si on parlait un peu de reproduction. Tellement fascinant le sexe chez les échinodermes ! Il existe des étoile de mer mâles et des étoiles de mer femelles, on parle d'animaux gonochoriques. On trouve une paire de gonades par bras. Au début de l'été, les deux sexes libèrent leurs gamètes dans le milieu. Dans ce cas, la fécondation est externe (en-dehors des voies génitales de la femelle) : les spermatozoïdes du mâle fusionnent avec les ovules de la femelle. Bref, c'est de la reproduction sexuée.
Pourtant, les Astéries son également capables de pratiquer la reproduction asexuée ! C'est le cas de certaines étoiles (comme chez le genre Linckia) qui abandonnent un bras devenant indépendant et qui  sera capable de se nourrir et se déplacer jusqu'à la régénérescence des 4 autres bras et du disque central. On assiste parfaitement à un phénomène d'autotomie* . 

Etoile de mer rouge (Echinaster sepositus)

Il est intéressant d'étudier la virologie (la science des virus en gros) à travers une épidémie qui décime des nombreuses populations d'étoiles de mer : l'épouvantable, le terrible, l'atroce, l'effrayant, l'effroyable syndrome du dépérissement de l'étoile de mer. Cette maladie est considérée comme la plus importante épidémie animale jamais observée ! Le pauvre animal subit une propre déstructuration de son système aquifère jusqu'à perdre ses bras et mourir. On connaît encore mal les origines de cette maladie, probablement l'action mystérieuse d'un densovirus.


  • Les Holothuries, communément appelés "Concombres de mer".
Ces Echinodermes ont la particularité de ne pas être constitués d'un véritable squelette calcaire comme ses cousins, seulement d'une couronne calcaire péripharyngienne qui permet de soutenir les tentacules buccaux. 
Mais là n'est pas le problème, parlons de leurs systèmes de défense, tiens ! Comment peut-on imaginer des petits animaux mous cylindriques se défendre ? Certains concombres (sauf ceux de votre jardin) sécrètent des toxines, notamment les saponines : des molécules engendrant parfois la lyse des globules rouges, ceux contenus dans le sang des poissons par exemple. D'autres ont la capacité de durcir grâce au dense réseau de fibres de collagène, localisé dans la peau de l'animal....jusqu'à devenir costauds comme de la pierre ! D'autres encore utilisent les tubes de Cuvier, ce sont des fibres de collagène très collants expulsés depuis l'anus, permettant d'immobiliser la proie ou le prédateur. D'ailleurs, petite anecdote, les Polynésiens s'en servent pour pouvoir marcher tranquillement sur les récifs de corail. Enfin, dernier comportement de défense, l'éviscération*. 

Des Holothuries


Il existe deux autres ordres d'Echinodermes : les Crinoïdes et les Ophiures. Les Ophiures sont très proches des étoiles de mer (Astéries). En voici un exemple :

Ophiure

J'ai pris ces clichés à l"aquarium Mare Nostrum de Montpellier. Je remercie d'ailleurs Guilhem qui se reconnaîtra ! 

Je vous remercie d'avoir lu cet article. J'espère qu'il vous aura plu une fois de plus ! 
A bientôt sur l'Odyssée Terrestre ! 



*Je vous invite à consulter mon article "L'autotomie, quèsaco" et vous saurez tout sur ce comportement drôle et particulier.