jeudi 22 juin 2017

L'art de la duperie sexuelle - CNRS#1

Lors de la fin du mois de Mai, nous avons débuté un stage au sein du CEFE (Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive), appartenant au CNRS, pour une durée de 1 mois. Le sujet de travail pour lequel nous avons été recrutés porte sur les interactions Orchidées-Pollinisateurs.
Les Orchidées constituent une des familles d'Angiospermes les plus variées avec plus de 25 000 espèces. Cependant, les limites entre ces espèces sont assez confuses et très discutées. En effet, certains critères morpho-histologiques sont très similaires et les hybridations fréquentes entre individus de différentes "espèces". Autant dire que la tâche de classification s'avère complexe... 
Paraît-il même que certaines espèces se différencient par leurs stratégies d'attraction des pollinisateurs ! Les Orchidées coévoluent de manière très spécifique avec leurs pollinisateurs, ce qui engendre une telle variété morphologique (forme, taille, odeur, couleur,...).
Ceci étant dit, parlons SEXE.
Parce que oui, nous l'avons déjà répété dans quelques précédents articles, la quête ultime de tout être-vivant est de perpétuer sa descendance. Et pour y parvenir, tous les moyens sont bons, même la triche. Justement, ces fourbes d'Orchidées manient parfaitement bien l'art de la duperie sexuelle. Le genre Ophrys en est un très bon exemple. 
Lors d'une journée printanière, les Orchidées déploient leurs plus belles parures dans le but d'attirer certains insectes pollinisateurs naïfs...inexpérimentés quoi... enfin puceaux ! Chaque espèce d'Ophrys adopte une forme, une taille, une couleur et même une odeur mimant les femelles d'espèces pollinisatrices. Et voilà les mâles dupés !
Reprenons depuis le début ! Comment une fleur peut-elle attirer un insecte ? On parle ici d'entomogamie, c'est-à-dire le transport du pollen d'une fleur à une autre par un hexapode. Dans le cas des Orchidées, la fleur possède une morphologie très caractéristique (voir la photo ci-dessous).

Morphologie caractéristique des Orchidées

Chez le genre Ophrys, le labelle prend la forme de l'abdomen de cet animal. Il est ornementé de quelques poils, de taches plus ou moins colorées et est de forme bombée. Lorsqu'un insecte se pose sur le labelle, le gynostème portant les pollinies s'abaissent, puis celles-ci s'accrochent au pollinisateur. Sous l'effet de leur propre poids, les pollinies (en forme de massue) se courbent au fil du temps et entrent en contact avec le stigmate fertile lors de la visite d'une autre fleur.
Aussi, l'odeur de la fleur entre en jeu. Les molécules chimiques que l'on retrouve dans le parfum émis par les orchidées ont des propriétés chimiques similaires à celles se trouvant dans les phéromones des insectes femelles. Les phéromones sont des substances chimiques permettant la communication entre individus, notamment dans l'attirance sexuelle. Les insectes mâles sont alors attirés par la fleur et rebelote avec les pollinies.
Les scientifiques ont même montré qu'il existe des espèces d'orchidées dont les fleurs s'ouvrent juste avant la période pendant laquelle la maturité sexuelle des femelles est atteinte. Les mâles, inexpérimentés, ne font donc pas de différences entre leur vraie dulcinée et la fourbe ! Par exemple, il existe une intime relation entre Colletes cunicularius (un Hyménoptère) et Ophrys exaltata, une espèce d'Orchidée. Les composés chimiques attirent l'abeille qui vient alors se poser sur la fleur et pratiquer une pseudo-copulation.

Colletes cunicularius

Ophrys exaltata

L'intérêt de cette pollinisation très spécifique Orchidées-Insecte est d'assurer une fécondation à chaque visite. Ce qui permet alors d'augmenter la valeur sélective (fitness) de l'espèce d'Orchidée en question.

Nous tenons à remercier Nina de nous accorder sa confiance pendant ce stage et nous tenons à souligner sa gentillesse ! Un amour pour les orchidées commence à naître en nous !

Merci à tous d'avoir lu ce petit article, le premier de la série "CNRS" ! Le prochain article portera sur les sorties sur le terrain !!
A bientôt sur l'Odyssée Terrestre !

Ophrys scolopax (détermination incertaine)
Petit lexique :
- Angiosperme : groupe de végétaux dont les organes reproducteurs sont condensés en une fleur et dont les graines fécondées sont contenues dans un fruit, a contrario des Gymnospermes pour lesquels les graines sont nues.
- Hexapode : se dit d'un animal à 3 paires de pattes, comme les insectes !
- pollinie : petit globule souvent associé par paire, contenant le pollen.
- Hyménoptère : ordre d'insectes regroupant les abeilles, bourdons, guêpes, frelons et fourmis entre autres.
- valeur sélective (ou fitness) : succès reproducteur. Capacité d'un individu à diffuser ses gènes. Cela se mesure par le nombre de descendants fertiles produits par cet individu. Plus la fitness est élevée, plus l'espèce perpétuera !

Sources photos : 
- http://www.orchidsofbritainandeuropetest.uk/Ophrys%20exaltata.html
- http://www.bwars.com/bee/colletidae/colletes-cunicularius
  

dimanche 11 juin 2017

La plénitude annécienne

J'ai pour habitude de vous présenter certaines espèces animales ou certains sujets de la biologie. Pour faire varier les plaisirs, si je vous présentais la belle ville savoyarde d'Annecy
D'ailleurs, je suis sûr que vous associez immédiatement la ville à son grand lac qui porte le même nom. Nous le surnommons le lac bleu, une appellation qui rappelle son statut de lac le plus pur d'Europe (en zone habitée) ! Par exemple, son taux de nitrates est inférieur à 1 mg/L, bien en-dessous du taux de nitrates des eaux de source qui est de 5 mg/L en moyenne. Ces chiffres exceptionnels viennent du fait que la ville a mis en place un système de contournement des eaux usées, celles-ci ne sont donc plus déversées librement dans le lac depuis quelques décennies.


Le lac d'Annecy est considéré comme le deuxième lac d'origine glaciaire en France. Un peu d'histoire géologique. Au moment du dernier grand épisode de glaciation (celle de Würm, il y a quelques dizaines de milliers d'années), deux glaciers sont entrés en collision, ce qui a engendré un phénomène de surcreusement glaciaire. Les moraines (ce sont des amas de roches érodées et transportées par les glaciers) et une roche inférieure aux propriétés imperméables permettent alors de retenir l'eau. Le lac est ainsi né !




 De nos jours, cette retenue d'eau est très appréciée pour ses activités professionnelles (la pêche notamment) ou touristiques. Il est vrai qu'il est agréable de voguer paisiblement sur ce lac aux nuances si azurées, dont les côtes sont parsemées de charmants petits ports de plaisance et d'espaces qui ont conservé leurs atouts naturels.
A l'Est, on voit se dessiner le relief du massif calcaire des Bornes faisant face à l'Ouest au massif  des Bauges. Et c'est au Nord que la jolie ville d'Annecy borde les rives de son lac.
Aaah, Annecy, ce qu'il fait bon vivre !  La "Venise des Alpes" l'appelons-nous, grâce à ses petits canaux traversant la ville qui permettaient autrefois de protéger la cité et d'utiliser l'énergie hydraulique pour faire fonctionner son artisanat.

La Venise des Alpes

C'est à l'époque du Néolithique que remontent les premières traces de population. Mais les historiens possèdent des preuves datant plutôt de l'Antiquité. A ce moment-ci, c'est le peuple gaulois des Allobroges qui occupent la Savoie et le Rhône. Mais, au cours du Ier siècle av. J.C., les Romains remportent plusieurs batailles contre les Allobroges. Ils commencent alors à bâtir des routes se connectant aux villes de Genève et Turin. Des gîtes d'étape sont également érigés. Puis, au bord du lac, une véritable petite cité se développe peu à peu, une ville aux traits très Romains : théâtres, thermes, temples... On l'a nommée : le Vicus de Boutae, autrement dit : "la Cité des bœufs".
Puis la ville est détruite, incendiée par d'autres peuples d'Europe tels que les Alamans, un peuple germain.



Au Moyen-âge, lors du XIIe siècle, le château fort d'Annecy voit le jour. Il a été notamment remanié à plusieurs reprises par les comtes de Savoie et par les Genevois-Nemours (des comtes puis des ducs de Genève). Cette enceinte est perchée sur un rocher et surplombe Annecy.




Si vous avez l'occasion d'aller en Savoie, n'hésitez pas à venir vous balader dans les charmantes ruelles du Vieux-Annecy, accompagné bien sûr de votre appareil photo ! Je vous conseille d'emprunter les petits ponts fleuris qui se dressent sur la rivière du Thiou. Vous tomberez très probablement à côté du Palais de l'Isle, un édifice médiéval qui jouait autrefois le rôle de prisons.
Ensuite, histoire de recharger les batteries, je vous invite, si vous le pouvez, à déguster une petite tartiflette du pays ou une délicieuse savoyarde dans un restaurant typique. C'est dans ces moments qu'on est heureux de vivre et manger dans notre si beau pays qu'est la France ! Continuez la journée en effectuant une douce balade en guise de digestion près du lac sur le Paquier et dans les jardins d'Europe. Enfin, rien de mieux qu'un bain rafraîchissant dans le lac bleu pour terminer une journée estivale.

Voilà, j'espère que cet article spécial vous a plu. J'ai voulu changer de format. J'avais particulièrement apprécié cette ville savoyarde, très plaisante et attrayante. Alors, n'hésitez pas à y mettre vos pieds si vous avez l'occasion !
Merci et à bientôt sur l'Odyssée Terrestre !