dimanche 6 novembre 2016

Quel est le point commun entre une prairie et une baleine morte ?

En lisant ce titre, vous pensez probablement que je me suis pris une pierre sur le crâne. Je démens vos pensées ! Tout le monde s'est déjà baladé dans une quelconque prairie, et vous vous êtes sûrement rendus compte qu'elle était l'abri de nombreuses espèces animales (vaches, insectes, arachnides, ...) et végétales (fabacées, graminées, ...) et même de bactéries (les fameux décomposeurs de la matière organique). On parle ici d'un écosystème prairial, c'est-à-dire l'ensemble des espèces vivantes (la biocénose), des facteurs physico-chimiques (le biotope) ainsi que des interactions qu'il existe entre ces deux éléments.
 Mais que diable font les baleines dans cette galère ? (#Molière) Vous allez voir qu'une carcasse de baleine regorge tout autant de vie qu'une prairie banale ! 

Déjà, plus la corpulence des cétacés est grande, plus l'écosystème sera viable. Par exemple, les cadavres de baleine bleue,  de baleine à bosses ou celui d'un rorqual commun abritent de nombreuses espèces diverses. Ils constituent pour beaucoup d'organismes une source de nourriture et un abri à la fois. 
La décomposition des plus gros spécimens peut prendre 100 ans environ ! Elle se découpe en quatre phases. 

Divisions océaniques


1) Phase des charognards mobiles

Peu de temps après la mort du mammifère, les premiers tissus sont entamés par les charognards pélagiques (comme certains requins, goélands...). Jusqu'à 60 kg de chairs par jour sont retirés par des requins (les dormeurs par exemple), planctons, amphipodes (ce sont des petits crustacés). Ces animaux perforent les tissus de la baleine, forment des tunnels facilitant ainsi l'accès aux muscles pour les autres prédateurs. Egalement, des myxines (des animaux dont la forme est similaire à celle des anguilles) interviennent dans la perforation de la peau. 

Voilà à quoi ressemble la partie antérieure d'une myxine

2) Phase des charognards immobiles 

Ce stade peut durer des 4 mois à 5 ans. Dans les abysses, la carcasse qui n'est fait plus que d'os se dépose. Les sédiments voisins sont enrichis par des morceaux de matière organique. La densité de macrofaune s'élève à 40 000 individus par m². On dénombre ainsi : 
-les concombres de mer qui broient la matière organique, ce qui facilite le développement d'autres espèces. 
-des annélides (des sortes de vers)
-des osedax : ce sont des vers surprenants qui sont accrochés au squelette de la baleine et se nourrissent des lipides situés dans l'os, par l'intermédiaire de bactéries symbiotiques qui dégradent les composés complexes. 
-des crabes qui jouent le rôle de femmes de ménage en nettoyant la carcasse.

3) Phase sulfophylique 

Ce stade, durant plusieurs décennies, intervient lorsqu'il ne reste plus que les os massifs du squelette en décomposition comme le crâne ou les vertèbres. Ce sont des bactéries qui se nourrissent des lipides composant les os et dégagent du sulfure d'hydrogène, très toxique ! On y trouve alors d'autres bactéries, fixées au squelette de la baleine ou bien en endosymbiose avec des mollusques (bivalves) par exemple, qui prélèvent le sulfure pour se développer. Quelques gastéropodes carnivores se nourrissent même de ces bivalves. Ainsi, il y aurait à ce jour trois niveaux de chaînes trophiques* interagissant avec la carcasse du pauvre Cétacé (qui, c'est vrai, ne ressemble plus vraiment à Moby Dick). 

4) Phase récifale 

Lorsque la matière organique s'épuise, les restes du squelette seraient colonisés par des organismes filtreurs (les anémones par exemple). 

De gauche à droite: stade des charognards mobiles, stade des charognards immobiles et stade sulfophylique


Tout ça pour vous dire que OUI la carcasse d'une baleine est comparable à une prairie, d'un point de vue fonctionnel bien sûr ! Environ 185 espèces côtoient cet écosystème durable, interagissent entre elles (prédation, endosymbiose etc...) et avec cet environnement. En moyenne, 90% des cadavres de baleines atteignent les plaines abyssales et offrent ainsi une source de nourriture à une faune diversifiée et hostile (comme les espèces sulfophiles). De nombreuses espèces adaptées à des conditions de vie extrêmes permettent de transformer ce milieu en un écosystème persistant et structuré par un réseau de chaînes alimentaires multiples.

*chaînes trophiques = chaînes alimentaires

Voilà, j'espère que cet article d'écologie vous a intéressés ! Merci de l'avoir lu ! :)

2 commentaires:

  1. Comme d'habitude je trouve cet article très intéressant très instructif et cela démontre que la chaine alimentaire est une chaine interminable et permet à des écosystèmes de rester en vie. Gillou

    RépondreSupprimer