dimanche 30 septembre 2018

Dans la peau de la grenouille rousse (Rana temporaria)

Bon, il est vrai, la saison des amours des grenouilles est terminée, ayant eu lieu au Printemps. Autant dire qu'écrire un post à ce sujet est un peu démodé... Mais, en fouillant dans les archives du blog, je me suis rendu compte que je n'avais jamais posté d'articles naturalistes ou d'écologie sur un quelconque Amphibien... Ah pardon, peut-être suis-je allé trop vite, il convient d'être bien clair sur le thème central de cet article ! Si l'on découpe de façon étymologique le terme "Amphibien", il signifie "vie des deux côtés"... Cette appellation vient du fait que les animaux appartenant à ce groupe côtoient au cours de leur vie deux types de milieux différents : la terre et l'eau douce. Les Amphibiens, appelés plus justement Lissamphibiens (ou Amphibiens modernes) (je n'ai jamais écrit autant de fois le mot "Amphibien" en une phrase), regroupent, comme vous le savez, les grenouilles et les crapauds mais aussi les Urodèles (salamandres et tritons) et les Gymnophiones (des amphibiens ressemblant à des lézards ou à des vers). Bref, une belle communauté rassemblant près de 6000 espèces connues à ce jour ! 
En France, nous comptons 43 espèces d'Amphibiens. Et aujourd'hui, je vous présente une grenouille assez commune : la grenouille rousse (Rana temporaria). 

  • Comment la reconnaître ? 
D'une longueur de 6 à 9 cm, elle est assez trapue, la tête étant plus large que longue. Les teintes de sa peau lisse légèrement verruqueuse sont variables selon les individus et les environnements, passant ainsi de la couleur rousse à brune. Le haut de son dos est ornementé d'un dessin noir en "V" retourné et les cuisses comportent des bandes sombres verticales. Pour distinguer la grenouille rousse de la grenouille agile (Rana dalmatina), il faut étendre une de ses pattes postérieures le long de son corps. Si l'articulation entre le tibia et le tarse atteint le museau sans le dépasser, l'individu entre vos mains appartient alors à l'espèce Rana temporaria. Sinon, c'est l'autre ! 
Enfin, comment peut-on distinguer les deux sexes ? Le mâle est plus petit que la femelle. De plus, lors de la saison des amours, sa gorge devient bleue ou violacée.

Grenouille rousse (Rana temporaria). Mâle ? (à confirmer)


  • Où donc la trouver ? 
La grenouille rousse est présente dans la majorité de l'Europe jusqu'en Sibérie en passant par les pays scandinaves, à l'exception d'une bonne partie de la péninsule ibérique, du sud de l'Italie et des Balkans. 
D'ailleurs, c'est l'un des amphibiens d'Europe qui atteint les altitudes les plus hautes (jusqu'à 2 800 m dans le massif des Alpes, par exemple). Elle affectionne tous les types de milieux humides tels que certaines forêts, les prairies à peine inondées, les jardins, les ripisylves* etc...  
Au Nord de son aire de répartition, elle côtoie très peu les milieux d'eau douce en-dehors des périodes de reproduction et de ponte. Elle est plutôt inféodée aux milieux terrestres. Au Sud, elle est davantage présente à d'importantes altitudes. 

  • "Raconte-nous sa vie, un peu"
Rana temporaria a un régime alimentaire assez varié. Elle se nourrit de divers invertébrés comme les insectes, les mollusques (escargots, limaces), les araignées, les vers de terre... C'est grâce à sa longue langue gluante qu'elle parvient à les capturer ! 
Dès le mois de Novembre, lorsque les températures se rafraîchissent, les grenouilles rousses partent à la recherche d'un abri pour hiberner. Une vieille souche ou une pierre pourraient très bien faire l'affaire... Mais, certains individus (surtout les mâles pour être les premiers sur les lieux au Printemps) n'hésitent pas à s'enfouir dans la vase au fond d'un point d'eau. Le métabolisme se ralentit, afin de réduire au maximum les besoins vitaux. Cependant, ce qui peut paraître troublant,  c'est que les grenouilles ont des poumons, comment font-elles alors pour respirer sous l'eau ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, la respiration se réalise à travers la peau de la grenouille. Le tégument très fin associé à une importante densité de petits vaisseaux sanguins permettent de favoriser les échanges gazeux entre le milieu externe et le milieu interne. La voilà prête pour affronter la mauvaise saison.

A la fin de l'hiver, les grenouilles rejoignent les sites de reproduction (mares, fossés...), pouvant alors marcher pendant quelques kilomètres. Tous les mâles en chaleur se regroupent alors à la surface de l'eau et se mettent à chanter en chœurs toute la nuit pour attirer les femelles. Les cris, produits à partir du sac vocal unique sous la gorge des mâles, sont assez sourds et graves, facilement reconnaissables.

Amplexus axillaire : le mâle s'agrippe au-dessus de la femelle remplie d'ovocytes prêts à être fécondés
Une fois que les deux partenaires se sont trouvés, un drôle de phénomène naturel se produit. Le mâle s'agrippe à la femelle à l'aide de ses pattes avant et la serre très fortement. Cette technique, que l'on prénomme amplexus axillaire, permettrait au mâle d'expulser plus rapidement les œufs de la femelle dans le milieu afin qu'il puisse les recouvrir de sa semence... La fécondation est externe ! Les callosités rugueuses se situant au niveau des doigts du mâle lui permettent de bien s'accrocher à sa pauvre bien-aimée. La femelle peut alors pondre quelques milliers d’œufs, formant alors des amas dans l'eau fixés à la végétation. Peu de semaines plus tard, des têtards émergent. Pendant 3 mois, les larves se métamorphosent en jeunes grenouilles : elles acquièrent des poumons peu à peu fonctionnels remplaçant les branchies, 4 pattes et perdent progressivement leur queue.

Amas d’œufs de grenouille rousse

  • Est-ce qu'elle est protégée ? 

Enfin, nous ne pouvons achever ce petit article sans parler des menaces qui pèsent sur les populations de grenouille rousse. Comme pour la plupart des amphibiens de France, les habitats naturels de Rana temporaria sont davantage détruits à cause des activités humaines. Par exemple, le développement des réseaux routiers empêchant les migrations saisonnières des individus vers les sites de reproduction entrent en compte dans le phénomène de fragmentation écologique. De plus, l'utilisation de pesticides dans certaines régions provoquent une dégradation de leur habitat et une forte mortalité des individus. Ces molécules toxiques entraînent un dérèglement hormonal et altèrent ainsi la croissance et la reproduction de certains individus...
En France, depuis la mise en place de la directive habitats en 2007, la grenouille rousse est partiellement protégée. Sont interdits sur tout le territoire français la mutilation, le prélèvement en milieu naturel, le colportage, la mise en vente, l'achat et l'utilisation commerciale.



Voilà, ce petit article est à présent terminé, j'espère qu'il vous aura plu. Ces photos ont été prises dans le Parc National des Cévennes à l'étang de Barrandon, lors d'un inventaire faunistique, accompagné des gardes-nature du parc. Les animaux pris en photo n'ont en aucun cas été transportés, blessés ou tués.

Merci et à bientôt sur l'Odyssée Terrestre !

Lexique :
- ripisylve : bord des cours d'eau.

Sources :
- Photo Amplexus : Richard Bartz, Munich. (source : wikipedia).
- Photo oeufs : James Lindsey (source : wikipedia).
- inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/351
-  animaldiversity.org/accounts/Rana_temporaria/
- www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000017876248
- Petit G. & Knoepffler P.H. (1959). Sur la disparition des amphibiens et des reptiles méditerranéens. Animaux et végétaux rares de la Région méditerranéenne. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire