dimanche 10 février 2019

Quand mouflon rime avec boxon !

Savez-vous ce qu'est un mouflon ? Peut-être avez-vous l'idée d'un gros mouton. C'est à peu près cela ! Les mouflons, au sens strict, appartenant au genre Ovis, sont des ovins ruminants qui peuplent une majeure partie de l'hémisphère Nord. Etant pourtant des mammifères assez communs (quoique cela dépend des espèces), la systématique* des mouflons est encore discutée...

Femelle et son petit

Sans certitude, la communauté scientifique pense qu'il existe 7 espèces appartenant au genre Ovis.
Par exemple, on trouve le mouflon canadien (Ovis canadensis) en Amérique du Nord, le mouflon des neiges (Ovis nivicola) en Sibérie ou encore le mouflon occidental (Ovis orientalis ou Ovis gmelini) qui vit au Sud-Ouest de l'Eurasie (Méditerranée et Moyen-Orient). Sur le schéma ci-dessous, nous pouvons voir qu'il existe deux groupes de mouflons. Les Pachycériformes regroupent les mouflons sibérien et américains. Le second groupe, les Asiatiformes, représente les Argaliformes (Ovis ammon) et les  Moufloniformes (Ovis orientalis et Ovis vignei). C'est ce dernier groupe qui est le plus compliqué à aborder en terme évolutif.

Pour comprendre un peu mieux comment sont rangées les espèces de mouflons
Ces espèces actuellement définies se distingueraient sur la base de leur caryotype (arrangement et nombre de chromosomes), de leur morphologie et de leur répartition géographique. La difficulté de dissocier certaines espèces et donc de bien les ranger dans des casiers évolutifs bien distincts s'explique par les nombreuses radiations* que ce groupe a subies, les croisements entre espèces et la domestication de certaines d'entre elles. Un vrai boxon évolutif, finalement ! 

Grossièrement, d'après notamment les travaux de Hamidreza Rezaei en 2011, le genre Ovis serait originaire du continent asiatique. Certaines populations auraient migré en Amérique du Nord via le Détroit de Béring, expliquant l'émergence progressive d'une espèce de mouflon au Canada et aux Etats-Unis. Puis, le genre Ovis se serait diversifié en Eurasie entre 3 et 5 millions d'années.
Quant au mouton, il n'est pas étonnant qu'il ressemble fortement au mouflon. Les analyses de l'ADN mitochondrial (cytochrome b*) et de l'ADN nucléaire ont permis de démontrer l'origine de Dolly et ses amis. Ainsi, le mouton, Ovis aries de son joli nom, a été domestiqué à partir de souches sauvages de mouflons occidentaux (Ovis orientalis) originaires du Moyen-Orient il y a 10 000 ans environ.

Mais, comme je vous le disais quelques lignes plus haut, c'est l'origine du mouflon européen qui a longuement été débattue. A ce jour, seule une hypothèse semble tenir debout. Histoire que tout le monde comprenne, reprenons. La dénomination de mouflon européen est attribuée aux populations occidentales de l'Europe : celles de Corse, de Sardaigne et de Chypre. D'après les analyses génétiques, ces populations insulaires seraient issues de l'espèce asiatique Ovis orientalis qui aurait été domestiquée (donnant le mouton, comme dit plus haut) puis relâchée à l'état sauvage sur ces îles méditerranéennes. Ce phénomène de retour à l'état naturel se nomme le marronnage. Pour la petite anecdote, ce terme désignait la fuite d'un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique durant l'époque coloniale. L'échappé était donc appelé marron !
Bref, revenons à nos mouflons ! En 2000, les personnes de l'IUCN, qui se chargent de donner un nom scientifique à chaque espèce (le Taxonomic Working Group pour les intimes), ont donc attribué le rang de sous-espèce d'O. orientalis à ces populations européennes insulaires. Les mouflons de Corse et de Sardaigne sont alors appelés Ovis orientalis musimon

Ainsi, la famille des mouflons englobe une ribambelle d'espèces dont la distinction se fonde sur des caractères morphologiques, génétiques et géographiques. Du fait des multiples étapes de migrations, hybridations ou domestication, la classification des mouflons peut rapidement devenir un casse-tête. Alors, pour éviter que vous attrapiez une migraine en lisant cet article, nous basculons tout de suite vers la seconde partie de cet écrit. Parlons alors du mouflon corse qui, vous allez voir, est assez stupéfiant.

Par exemple, ce mouflon semble être mort
à l'âge de 4 ans environ (Source : oncfs)
Le mouflon corse est l'un des plus petits mouflons d'Eurasie. Comme tous ses cousins, le mâle se distingue de la femelle par la présence systématique de cornes qui s'enroulent au cours de sa vie. D'ailleurs, on peut déterminer l'âge approximatif de la bête en analysant la forme et l'enroulement de ses cornes.

En vous fiant à son nom, peut-être pensez vous que le mouflon corse (Ovis orientalis musimon) se retrouve exclusivement sur l'île de beauté. Que nenni ! Depuis le 19ème siècle, l'Homme a expérimenté de nombreuses introductions du mouflon corse à travers le monde, très souvent couronnées par un succès, c'est-à-dire menant à une pérennité des populations introduites. Il a donc échantillonné quelques individus corses pour les lâcher dans une autre région ! De ce fait, nous pouvons croiser le chemin du mouflon corse dans les Pyrénées, dans le Haut-Languedoc, dans les Alpes-Maritimes, en Belgique, sur les îles Kerguelen ou même à Hawaii ! Le plus étonnant est qu'il s'adapte facilement aux changements de température et aux différents environnements. En revanche, d'après Darmon et ses collaborateurs (2007), la capacité de colonisation de ce mouflon est très faible comparée à celle d'autres ongulés tels que le cerf élaphe (Cervus elephus) ou bien le chamois (Rupicapra rupicapra). C'est une espèce assez sédentaire couvrant des petites aires de répartition.

En Corse, les populations stagnent, voire diminuent depuis quelques années pour certaines raisons : braconnage, incendies accidentels répétés, perturbations par les activités touristiques... C'est ce qui explique la mesure prise par l'Etat et l'ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) interdisant la chasse du mouflon ! Ailleurs en France, la chasse y est autorisée.



En général, le mouflon corse se rencontre entre 300 et 2500 mètres d'altitude, dans des milieux très rocailleux, souvent difficilement accessibles par l'Homme. Durant le printemps et l'été, il a tendance à monter en altitude et cherche à s'abriter du soleil, dans les cavités rocheuses ou dans la dense végétation par exemple. En revanche, pendant la saison hivernale, il tente d'échapper à la neige, côtoyant alors des zones plus basses en altitude. Un petit conseil pour pouvoir approcher les animaux de plus près est d'aller à leur recherche au moment du rut (période d'activité sexuelle pendant laquelle les mouflons vont chercher à s'accoupler), notamment au mois de Décembre ! Les mâles sont davantage occupés à convaincre une femelle pour l'accouplement plutôt qu'à surveiller les éventuels prédateurs (l'Homme, le loup en France métropolitaine...) qui rôderaient autour de ceux-là.
Si vous habitez l'île des figatelli et de la bière à la châtaigne, sachez que deux noyaux principaux de populations de mouflons existent : l'un se trouve au  Nord au niveau du massif du Cinto, et l'autre autre au Sud vers les aiguilles de Bavella.

Cependant, si vous vivez sur le continent (comme moi), vous avez d'autres opportunités pour tenter d'aller observer et photographier le mouflon corse. Par exemple, des collègues et moi-même nous sommes rendus dans le massif du Caroux dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc, dans l'Hérault. Et nous sommes parvenus à en voir une vingtaine en deux jours !

Type de paysage observable dans le massif du Caroux - saison hivernale
Pour la petite histoire, c'est en 1956 que deux mâles et deux femelles de mouflons corses ont été lâchés dans le massif de Caroux-Espinouse pour la première fois. Ce milieu de moyenne montagne est relativement similaire à celui de la Corse : des pentes abruptes, des éboulis, de la végétation rase, des forêts, le climat... Bref, le cocktail parfait  ! Depuis, de nouvelles vagues d'introductions se sont réalisées expliquant l'augmentation des effectifs de cet ongulé.
Ces populations sont gérées et régulées par la coopération de l'ONCFS, l'ONF (Office National des Forêts) et la FDC (Fédération Départementale des Chasseurs). Notamment, les groupes d'experts et scientifiques travaillant au sein de l'ONCFS réalisent des suivis annuels des populations afin de mesurer leur dynamique au cours du temps, c'est-à-dire la variation des effectifs de mouflons.

Résultat de recherche d'images pour "mouflon corse mâle"

Cet article touche à sa fin, j'espère que vous aurez appris des choses ! Je me dois de vous rappeler de bien respecter la nature autour de vous, c'est à vous de vous y immerger. Les quelques mouflons que nous avons pus observer ont été peu farouches, nous avons pu tranquillement les photographier (à une certaine distance tout de même) sans qu'ils ne prennent leurs pattes à leur cou. Soyez silencieux, ne vous y approchez pas. Et, profitez, tout simplement des paysages et des animaux !

Je remercie aussi Emmanuel Millet-Delpech pour sa participation à la conception de l'article, notamment pour les photos qu'il a prises (son site : www.millet-delpech.com).

A bientôt sur l'Odyssée  Terrestre !

Lexique :
- systématique : science des classifications des êtres vivants.
- radiation évolutive : évolution rapide, à partir d'un ancêtre commun, d'un ensemble d'espèces caractérisées par une large diversité morphologique et écologique.
- cytochrome b : gène présent dans l'ADN des mitochondries (organites très importants dans le fonctionnement cellulaire) codant pour une protéine du même nom. Ce gène fait souvent l'objet d'une analyse moléculaire poussée dans les travaux de phylogénie (étude des relations de parenté entre être vivants). 

Sources
- Hamidreza Rezaei (2007). Phylogénie moléculaire du Genre Ovis (Mouton et Mouflons), Implications pour la Conservation du Genre et pour l’Origine de l’Espèce Domestique. Ecologie, Environnement. Université de Grenoble.
- Darmon G., Calenge C., Loison A., Maillard D. et Jullien J.-M. (2007). Social and spatial patterns determine the population structure and colonization processes in mouflon. Canadian Journal of Zoology, 85 : 634-643.
- www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-les-especes-ru73/Le-Mouflon-de-Corse-ar767
- www.montagne-hautlanguedoc.com/nature-du-haut-languedoc/mouflon/
- parcsaintecroix.com/animal/mouflon-de-corse (photo mouflon corse mâle) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire